Me sentir emportée dans un tel flot d’idées foisonnantes avait été un moment particulièrement intense et inoubliable. Hors de question d’attendre la réponse de mon éditrice ! Quoiqu’il arrive, j’allais continuer à écrire. J’avais la certitude inébranlable que le livre allait se faire, même si je ne savais pas trop bien comment ! 

Très vite, j’ai regardé mon carnet et une autre envie a pointé son nez : celle de faire de ce carnet un objet inspirant et le rendre aussi beau que possible. Un carnet où j’aurai énormément de plaisir à écrire, à la hauteur de mon rêve d’écriture et qui saurait m’accompagner dans cette belle aventure, comme un ami, un confident et j’avais besoin que mes idées soient rassemblées au même endroit.

Même si, il faut bien le reconnaître,  je planais carrément à ce moment-là, j’étais suffisamment lucide pour savoir que l’inspiration ne serait pas toujours là, aussi forte et aussi impérieuse que ce que je venais de vivre. Je me doutais que, dans le cas se présenterait, il me faudrait un coup de pouce. Les premiers moments d’écriture avaient été imprégnés d’une telle énergie, que je sentais intuitivement que ça allait m’aider. Je me suis très vite rendue compte que de relire mes premières idées, me reconnectait et me plongeait à nouveau dans l’énergie de ce moment intense de créativité. 

Je savais aussi, que, rien qu’à le regarder, j’aurai encore plus envie d’écrire! Juste parce qu’il serait beau ! Et je dois bien vous avouer que l’esthétisme a une part… hum disons… très importante dans mes motivations 😉 Alors, j’ai choisi un de mes papiers japonais préféré, j’en ai recouvert mon carnet, ajouté un système de fermeture, collé un masking tape le long de la pliure, et voilà : j’étais parfaitement équipée pour poursuivre mon rêve !!!  Et par la même occasion, ça m’a donné l’idée de créer une magnifique collection de carnets japonisants !  

Et comme les idées arrivaient à n’importe quel moment, le plus généralement sous la douche, en faisant des courses, en me promenant, en cuisinant, j’ai pris l’habitude de garder mon carnet à portée de main, bon quand même pas sous la douche, mais pas loin… Je l’ai trainé pendant des mois, partout avec moi, au café, en déplacement, en week-end, en voyage, il m’a suivi à la trace, et à la moindre idée, hop, je notais. Rien que de le voir, de l’ouvrir, de le toucher, je sentais la joie et le bonheur d’écrire. C’est ainsi qu’il est devenu une sorte d’objet symbole et support puissant et efficace pour moi ! 

ghylenn-descamps-creativite

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.