E. dormait mal depuis quelques temps. Dans son entourage, il y avait eu des mauvaises nouvelles, coup sur coup.  Des deuils prématurés qui l’avaient frappée de plein fouet. Elle n’était pas du tout préparée, si tant est qu’on puisse vraiment l’être… Et ça avait tout particulièrement affecté son sommeil, elle pour qui le sommeil avait rarement été une source de problème.

Quand elle m’en a parlé, j’ai tout de suite eu l’intuition que je pouvais l’aider… et je savais précisément comment. Je lui ai alors proposé de tenter une expérience. Elle a accepté. Je l’ai alors invitée à s’allonger pour se détendre, à fermer les yeux, respirer profondément et entrer doucement dans un état de relaxation profonde. Guidée par ma voix et une musique très douce, dans une visualisation méditative, elle est partie en voyage, à l’intérieur d’elle-même. Elle est allée jusqu’à un endroit, connu d’elle seule, un endroit de pure lumière et de joie, cet endroit connecté à son âme où elle se sentirait protégée et en parfaite sécurité. 

Plus tard, elle m’a dit s’être endormie, apaisée et que, pour la première fois depuis des semaines, elle avait dormi d’un sommeil réparateur.

J’étais tellement heureuse de pouvoir lui offrir ce moment pour elle. J’avais à cœur de lui montrer qu’elle avait accès à tout moment à ses propres ressources, qu’elle pouvait retrouver profondément en elle-même ce sentiment de sécurité intérieure, ce socle solide dont elle avait besoin. Je n’étais pas sure que ça allait fonctionner à 100%, néanmoins j’étais convaincue que ça lui ferait du bien. Je savais que, maintenant qu’elle en connaissait le chemin symbolique, elle saurait y retourner dès qu’elle en ressentirait le besoin.

Trouver ce lieu au cœur du Soi, dans l’Être profond, ce temple intérieur, peu importe comment on le nomme, permet de se reconnecter au meilleur de soi-même. Cela permet de retrouver encore plus profondément une base solide, un sentiment de sécurité intérieure inébranlable. Et c’est d’autant plus nécessaire quand la vie nous challenge et nous fait perdre nos repères. C’est comme revenir au centre de la tornade (ou le la roue) dans cet espace de calme intérieur. Si nous restons au bord extérieur, cela nous donne le tournis et le vertige, mais revenir au centre nous aligne et nous redonne le sentiment de pouvoir agir sur nos vies. Cela n’effacera pas les épreuves, les bouleversements ni les difficultés mais cela aide nous à reprendre courage et nous redonne l’assurance d’être capable de les traverser avec plus de sérénité, d’en ressortir grandi et d’aller de l’avant. Et nous en avons bien besoin !

E. m’a fait confiance et je la remercie avec une profonde gratitude.

ghylenn-descamps-creativite

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.